Monter son food truck : mode d’emploi

Vendredi, 8 Juin, 2018

D’origine texane, le food truck – ou camion-restaurant – est aujourd’hui une nouvelle manière de se restaurer, entre la vente à emporter et le fast food. Devenir food-trucker vous tente ? Davigel vous livre ses conseils pour monter votre food truck.
Imprimer

Qui peut ouvrir un food truck ?

S’il existe de rares formations pour connaître les ficelles du métier, il n’y a pas besoin de diplôme spécifique pour ouvrir un food truck. Cependant, certaines qualités facilitent grandement cette activité :

  • Avoir une bonne condition physique
  • Etre organisé
  • Etre polyvalent
  • Avoir une aisance relationnelle

Quel statut pour un food truck ?

Pour choisir le statut juridique le plus adapté à votre situation, vos besoins et vos ambitions, vous devrez vous poser les questions suivantes en amont.

Mon activité est-elle commerciale ou artisanale ?

Si vous souhaitez revendre des produits, votre activité est commerciale. Il faut alors demander votre immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS).
A l’inverse, si vous prévoyez de fabriquer vos propres plats à partir de produits frais, votre activité est alors artisanale. Dans ce cas, votre immatriculation sera auprès du registre des métiers (RM).

Mon projet est-il solo ou collaboratif ?

Si vous avez au moins un associé en plus de vous-même, le statut de SARL est le plus adapté. Le patrimoine privé de chacun d’entre vous est par ailleurs protégé.
Si vous vous lancez seul dans votre projet, deux statuts juridiques s’offrent à vous :

  • L’EURL, qui fonctionne sur le même principe qu’une SARL mais avec un seul associé
  • L’auto entreprise : elle impose cependant un plafond de recettes et le patrimoine privé est confondu avec celui de l’entreprise

Trouver un concept pour son food truck

Il existe presque autant de concepts culinaires que de food trucks. Il s’agit d’un élément clé dans le succès et la notoriété de votre restaurant ambulant.
Déterminez la catégorie de votre food truck en fonction de vos goûts, de vos compétences et de l’étude de marché réalisée. Vous aurez à choisir la nourriture préparée (burger, tartine, plat traditionnel…) ainsi que le type d’alimentation proposé (vegan, bio…).

Défiez la concurrence grâce à :

  • Une identité culinaire hors du commun
  • Des horaires ou des lieux adaptés à votre cible
  • De la réactivité sur les réseaux sociaux
  • Des services de type click and collect, etc.

Les démarches pour ouvrir son food truck

Une fois que vous avez enregistré votre marque et votre logo auprès de l’INPI, d’autres démarches restent à faire.

Où parquer le camion ?

Afin de pouvoir exercer votre activité, vous devez :
- Soit domicilier votre food truck dans votre commune d’habitation
- Soit obtenir une carte de commerçant ambulant (si vous prévoyez de passer par plusieurs communes lors de votre tournée)
En amont, analysez bien les emplacements où vous voudrez proposer vos services (centres commerciaux, zones de bureaux…). Vous pourrez vous y installer sous condition d’autorisations d’occupation temporaire (AOT).

Les normes et licences pour être en règle

Comme pour toute activité dans le secteur de la restauration, il faut respecter des normes d’hygiène. Au moins une personne de votre entreprise doit être suivre la formation HACCP en hygiène alimentaire. Vous devez aussi faire une déclaration d’existence auprès des services vétérinaires de votre préfecture pour vérifier la conformité de votre camion avec les normes de sécurité.N’oubliez pas de demander une licence à la mairie ou à la préfecture si vous comptez vendre l’alcool.

Quel budget pour un food truck ?

Le budget moyen pour lancer son food truck est d’environ 50 000 euros HT, soit 3 à 4 fois moins qu’un investissement pour un projet de restauration rapide. Cette somme comprend :

  • L’achat d’un camion équipé et aménagé d’occasion (possibilité d’en louer un pour 50 euros par jour au début)
  • Le matériel et l’équipement de cuisine
  • Un stock de matières premières
  • La trésorerie
  • Les frais pour les formalités de création d’entreprise

L’astuce de Davigel

En limitant le nombre de fournisseurs alimentaires, vous réduirez le temps passé à la gestion administrative. N’hésitez pas à combiner un grossiste de confiance et des commerçants locaux : le bouche à oreille fonctionne encore très bien !