Le manger main : la dignité au bout des doigts

Mercredi, 6 Juin, 2018

Enthousiaste, passionnée, Ariane Stein, diététicienne et nutritionniste, a lancé un projet de recherche autour du « manger main ». Il s’agit de proposer de petites bouchées équilibrées, riches en goût et faciles à manger avec les doigts afin de rendre de l’autonomie lors des repas aux personnes qui en ont besoin. Les résultats s’avèrent très encourageants.
Imprimer

Spécialisée en gérontologie, Ariane Stein n’oublie jamais que le repas n’est pas qu’un moyen

de s’alimenter mais aussi un moment de plaisir, de sociabilité et d’humanité.


« Or, les personnes atteintes de maladies neurodégénératives ne peuvent parfois plus se servir de leurs couverts dans des conditions acceptables pour leur dignité. Elles sont alors nourris par un tiers, ce qui peut les infantiliser et peut les amener, entre autres, à se désintéresser de la nourriture. Quant aux crèmes ou boissons hyper protéinées qu’on leur sert parfois, il faut s’efforcer, autant que faire se peut, de ne pas les donner en remplacement de l’ensemble des repas car, même si utiles pour lutter contre la dénutrition lorsqu’elles sont utilisées ponctuellement, elles peuvent, à long terme, générer lassitude et renvoyer les personnes à leur statut de malade » explique-t-elle.

Ariane Stein a participé à cinq conférences pour expliquer sa démarche auprès de clients et partenaires de Davigel.

« Davigel est extrêmement investi dans cette dynamique de bienveillance par l’alimentation et propose des produits de qualité, enrichis ou non, qui suscitent envie et plaisir ! Davigel a même commencé à concevoir des bouchées et contribue à faire connaître la technique du manger-main. », se réjouit-elle.


 

Davigel aux petits soins pour les patients hospitalisés

Le groupe hospitalier Nord Essonne rassemble les hôpitaux de Juvisy, Orsay et Longjumeau soit plus de 850 lits et 900 000 repas par an. La direction du site de Juvisy cherchait une solution pour améliorer la restauration jusqu’alors livrée par une société extérieure. Elle s’est alors tournée vers le RESAH, dans lequel DAVIGEL était titulaire du marché « plat patients » (Carte Santé Restauration) et « self » (plats cuisinés frais).

Pourquoi avoir choisi Davigel ?

Davigel a présenté une étude de faisabilité personnalisée et gratuite convaincante d’un point de vue restauration, diététique et économique. Nous avons ainsi déployé la solution Carte Santé Restauration en collaboration avec le service restauration et diététique de Juvisy. Davigel a aussi réalisé un nouveau plan de menus en phase avec les objectifs définis dans l’étude de faisabilité.

Avez-vous rencontré des difficultés ?

Au démarrage du projet, Davigel n’avait pas la possibilité de proposer une durée de conservation des produits de 72h après décongélation pour toutes les références ; mais ils ont su s’adapter afin d’apporter désormais cette garantie sur l’ensemble des plats ; ce qui nous permet d’éviter le gaspillage.

Quelle expertise vous a apporté Davigel ?

Le délai de déploiement était court (1 mois). Cela impactait sur l’organisation de nos équipes qui devaient être capables de maîtriser en autonomie les commandes, l’évolution des menus et de l’offre pour les services de soins. Davigel nous a accompagnés en se montrant réactif. L’équipe régionale nous a consacré le temps de présence nécessaire à l’enjeu du changement. Elle a aussi su adapter le service logistique et commercial (livraison 5/7 et contrôle des commandes).

Un an après, quel bilan tirez-vous ?

Une amélioration de la satisfaction de nos patients, une analyse et un échange permanent avec Davigel pour l’évolution de la qualité des recettes…

 

Produits associés