Restauration scolaire, répondre aux besoins de tous

Lundi, 9 Février, 2015

De la cantine du primaire au restaurant universitaire, la restauration scolaire est soumise à de nombreux desiderata : parents vigilants sur la qualité des repas et des menus, établissements soucieux des budgets, sans oublier l’impitoyable verdict des enfants devant leurs assiettes… Les clefs du succès ? Proposer une cuisine saine et originale qui convient aussi bien aux parents qu’à leur progéniture.
Imprimer

Face à des demandes parfois diamétralement opposées, le fournisseur de restauration collective se doit avant tout d’être un « facilitateur » entre ses différents interlocuteurs. « Notre priorité est de proposer des produits à la fois respectueux des normes d’hygiène, originaux et appétissants » explique Jean-Pierre G., responsable de la Restauration Sociale chez Davigel. S’il confirme le souhait parental d’un retour aux productions régionales, assimilées à la qualité de proximité, l’essentiel reste, selon cet expert de la restauration Sociale/Collective depuis 25 ans, de favoriser des terrains d’entente entre parents et enfants. Cela passe par des produits attirants et goûteux comme la gamme labellisée à base de volaille et de charcuterie qui propose, par exemple, un suprême de poulet fermier Label Rouge et un sauté de porc épaule sans os Bleu-Blanc-Cœur  

 

Le goût… et la forme !

Quand les enfants sont satisfaits des menus servis en cantine scolaire, dans la majorité des cas les parents le sont également. « Comme tous les enfants de son âge, mon fils aime le pané et tout ce qui est croustillant », témoigne une mère d’Abbeville (Picardie), « savoir que ces produits contiennent le minimum d’apports nutritionnels nécessaire à sa croissance suffit à me rassurer ». Si le poisson frais en découpe naturelle revient en force, certains aliments comme la poêlée maraîchère aux 2 carottes restent mal aimés, notamment chez les plus jeunes. Il faut donc « ruser » et donner envie en apportant un soin particulier à l’apparence. Grâce à son service recherche et développement, Davigel lance chaque année de nouveaux plats, qu’il s’agisse d’un poisson pané enrobé de cornflakes – un franc succès chez les plus jeunes – ou encore d’un retour sur la carte de produits traditionnels comme la paupiette de veau ficelée : « Davigel s’est démarqué de la concurrence en proposant de nouveau une paupiette de veau maintenue par un lien alimentaire », explique Jean-Pierre G. « Le plat fonctionne très bien auprès des parents car il évoque la boucherie de quartier, synonyme de qualité… même si c’est un produit plus cher que ceux proposés par d’autres industriels de l’agro-alimentaire ».

 

La qualité des menus des cantines avant tout

Du budget familial à celui des restaurants scolaires, la crise n’épargne personne. Pour parer à ces restrictions budgétaires sans rogner sur la qualité de la cuisine, Davigel met gratuitement à disposition des établissements son logiciel de conception de plan alimentaire CréaMenu. Cette solution de nutrition complète, encadrée par les ingénieurs agronomes de Davigel permet à chaque école de composer sa carte des menus avec des recettes équilibrées. De même, une responsable nutrition située dans chaque région assure le lien avec les clients afin de recenser leurs besoins tout au long de l’année. « Tous nos clients ont du mal à boucler leurs budgets et font de gros efforts tarifaires » rajoute Jean-Pierre G., « mon point de vue sera surement atypique mais nous n’avons jamais vendu d’aussi bons produits, à la fois sains, nutritifs et bien présentés. Je ne peux que m’en féliciter, en tant que professionnel…mais aussi en tant que parent !»